Les plumes de coqs du León par Laurent LAFFLY

Gallos de León.

1) - Histoire
"L'origine des coqs de pêche du León se perd dans la nuit des temps; les premiers témoignages de leur existence se trouvent dans le Manuscrit d'Astorga, de 1624. L'auteur y fait référence aux types de plumes utilisées pour la confection des mouches qu'il décrit..." Extrait de Moscas para la pesca de Rafael del Pozo.
Voilà, le ton est donné... Nous entrons dans les fondations de notre culture halieutique. Avec le Gallo de León Indio et le coq de pêche du Limousin, se greffe une seconde polémique sur l'aller ou le retour du chemin de Compostelle! Bref toute une histoire.
Cependant pour nous, pauvres pêcheurs, il y a bien une évidence qui émerge de tout cela : Que les plumes des Gallos de León sont Belles!
Les plus grands éleveurs se situent dans un triangle d'or (Campohermoso, Boñar, La Cándana, Sopeña et La Vecilla) d'une province rurale assez pauvre d'Espagne et riche de magnifiques rivières à truites à une trentaine de kilomètres de León, la vallée del río Curueño. Le village de Boñar est très célèbre depuis 1825 avec l'ouvrage de Luis Peña de León qui précise que pour faire la mouche "Pardo Crudo" il faut utiliser des plumes de coqs de ce village. Pour le coq Indio, c'est le village de La Cándana qui fait référence (d'après Alejandro Viñuales).

2) - Deux grandes familles de coqs

Dans la famille des coqs d'Espagne, on trouve deux grands types de gallinacés dont les caractéristiques sont propices au montage de mouches artificielles.

Coq Indio
coq Pardo
Coq adulte Indio
Coq adulte Pardo

Le Pardo, Seigneur du León.
Ce coq là représente, en quelque sorte, un symbole du León. Ces plumes ont des couleurs extraordinaires et sont dotées d'un éclat sans pareil. Les montages de Marc Petitjean sont tous réalisés avec des cerques de Pardo. Cliquez ici pour consulter la page décrivant les différentes teintes disponibles (ou sur la photographie ci-dessous).

Set de plumes de coq Pardo

Les plumes de Pardo sont caractérisées par plusieurs critères. Les taches qui recouvrent les fibres sont définies sous le nom de Sarrioso avec des pigments sombres très fins, Aconchado qui possède des points irréguliers et arrondis, Corzuno qui possède une pigmentation semblable à celle des poils de chevreuils et Langareto où les points sont réguliers et organisés en bandes transversales. C'est ce dernier type qui est, en quelque sorte, la Rolls Royce des plumes de Gallos de León Pardo.
Les couleurs sont très variés avec des teintes principales comme le Rubión qui est un marron fauve, l'Oscuro d'un sombre profond et le célébrissime Flor de Escoba dont les fibres possèdent des teintes tabac.

L'Indio, l'autre légende du León.
C'est la deuxième race caractéristique du León. Contrairement à la race Parda dont on ignore les origines, c'est la race Andalouse qui constitue la base des Indios. Ces plumes ont des couleurs unies et sont dotées d'un éclat exceptionnel. Cliquez ici pour consulter la page décrivant les différentes teintes disponibles (ou sur la photographie ci-dessous).

Set de plumes de coq Indio

Les plumes d'Indio sont caractérisées par plusieurs critères. Les couleurs sont unies et les teintes principales sont le Negrisco qui est un gris très foncé presque noir, le Palometa d'un blanc nacré (la couleur est si pure que j'ai dû utilisé un fond noir pour faire ressortir les fibres sur la photographie), le Rubión rouge marron et Acerado qui est un gris acier.

Les quatre types de plumes : la pluma de riñonada, la colgadera, la pluma del cuello, la riñonada de ala .
La pluma de riñonada (plume de dos)
C'est la plume la plus appréciée et la plus difficile à obtenir. Ce sont des plumes qui ont un équilibre parfait entre rigidité et flexibilité et elles ont une brillance exceptionnelle.

La colgerada (pelle)
C'est une grande plume qui est de seconde classe par rapport à la précédente. Elle est moins brillante et plus molle, mais ses fibres sont assez longues et elles peuvent être parfaites pour les dos de sedges. Une pelle d'excellente qualité sera toujours meilleure qu'une mauvaise plume de dos.

riñonada y colgerada de Pardo

La pluma del cuello (plume de cou) - Indio uniquement
C'est la plume que nous appelons généralement hackle. Uniquement produite sur les coqs Indio, c'est un objet rare. Les plus belles plumes de cous d'Espagne sont généralement grises, les coqs du Limousin produisent ce type de fibres en France. C'est une plume plus courte que les productions Américaines (Articles sur les coqs génétiques Américains à venir. Metz, Hoffman,...) mais sa brillance et la solidité de son rachis en fond des plumes très appréciées pour ceux qui ont la chance de s'en procurer.

Hackle de Coq Indio Acerado

La riñonada de ala (plume de début d'aile)
C'est la plume qui se situe sur la bordure de l'aile . Sa forme est semblable à la plume de dos, mais elle n'a pas son brillant. Ses fibres sont assez rigides pour fournir de très bons cerques et ailes de mouches séches, toutefois on ne dispose pas d'autant de couleurs que pour les plumes de dos. Elles appartiennent aux catégories inférieures (grade 2).

3) - Montages Espagnols

- - - -

 

En conclusion, si vous souhaitez utiliser des fibres qui vous enchanteront par leur qualité intrinséque, qui vous séduiront par leur éclat et qui vous raviront par leur brillance, n'hésitez pas c'est le produit qu'il vous faut. J'ai personnellement rencontré plusieurs écueils avec ces plumes. Le premier a consisté à me procurer de belles plumes; heureusement, aujourd'hui il est possible de se fournir en excellentes plumes. Le second, une fois la pochette de plume dans la main, c'est d'avoir le courage d'arracher des fibres sur une plume si belle. Ne riez pas, j'ai longtemps hésité la première fois avant d'opérer ce "sacrilège", sacrifier une telle merveille de la nature. Enfin, dernière étape : accrocher sur son bas de ligne une mouche qui nous semble si précieuse!